Gestion Température


#1

Bonjour,

Je débute avec Raspberry, et je cherche à mettre en place une solution,
je vous explique ma situation, dans mon établissement je dispose de plusieurs caméras et de stockeurs afin de contrôler plusieurs
dépots et accès, hors deux de mes stockeurs sont sous des combles en charpentes métaliques, et avec les températures de ces temps, ils chauffent et ce coupent
au bout d’un certain temps, comme souvent les personnes oublient de mettre en route les ventilateurs quand elles quittent le dépot, les stockeurs se coupent dans l’après midi.

ma question est : est ce possible d’installer un Pi avec une sonde température et que quand une température donnée est atteinte de déclancher des ventilateurs ou même un
watercooling pour les stockeurs ?

merci


#2

Bonjour,

Oui c’est possible avec un Raspberry équipé d’une sonde de température et d’une carte relais et d’un bout de code qui quand il détecte il un seuil et bascule le relais. Un raspberry PI juste pour ça c’est carrément luxe.

Mais à mon avis, Arduino répond aussi à cette demande. Consulter sur le net les projet “Arduino thermostat”.

A+


#3

Bonsoir,
Avec une Framboise, type Raspberry zéro (le format dimensionnel de l’Arduino), vous pouvez connecter une camera et des modules additionnels, avec tout un support de développeurs, principalement en langage Python3. Langage des scientifiques, fana de calculs physiques, destinés a la robotique ou l`intelligence artificielle.

L’Arduino ne répondra pas a toute cette polyvalence. L’Arduino peut aider la Framboise en tant que périphérique pour, par exemple, soulager la Framboise dans une éventuelle acquisition de données physiques avec une com entre les machines.

@++

Je ne le repete jamais assez, la Frambroise est la solution.
Sous diverses formes bien sur.

Arduino, c’est pour les bricolos :sunglasses::grinning:


#4

Bonjour @stef-k

Sans vouloir t’offencer, je ne partage pas cet avis. Le premier est équipé d’un microprocesseur, le second d’un micro-contrôleur. Sur les PI on fait tourner un OS, sur le second un programme en boucle.
Pour l’exécution de tâches simples, répétitives, et surtout peu consommatrices (un montage optimisé peu garder la même pile plus d’un an!) , l’Arduino répond mieux à la demande que le PI. Car il n’a qu’un programme et il ne fait que ça.
Par contre lorsqu’il s’agit effectivement de, disons, services serveurs (ssh, sql, mqtt, interface web,…) et toutes les joyeuseté que l’on trouve sur ce forum, l’utilisation des PI est indispensable.

Amon avis, les 2 sont réellement complémentaires, un réseau de capteurs/actionneurs peut être réalisé avec des Arduino et le serveur être un PI. C’est d’ailleurs bien souvent ce qui est retenu dans diverses solutions domotiques.

Pour la partie bricolo, c’est plus dans la mise en œuvre que le produit en lui-même qu’on peut en juger. Aller faire un tour sur le forum Arduino français (forum.arduino.cc), compter le nombre de posts moyens par jour, la qualité des rubriques “Tutoriels et cours” et “Réalistation et projets finis”, ainsi que le niveau technique des forumers (certains on des sites web plutôt pointus) pour faire son propre avis.

Comme quoi, tous les avis sont dans la nature…

A+


#5

Je plaisantais, en qualifiant les personnes de “bricolos”. Celles et ceux, qui contribuent au développement du monde de l’ Arduino.

En vérité, je ne me suis jamais intéressé de prêt au sujet concernant la nano carte.

Mais, tu as raison lorsque tu évoques sa complémentarité avec la Raspberry.
Il y a sans doute des projets qui tournent autour de Python et Arduino.
Beaucoup doivent être écrit en C++.

De nature curieux, je vais allez faire un tour m’inscrire sur le forum de ce pas.
Si @angel.business74 n’a pas déjà expose sa demande, je rédigerais sa question.

Pour le projet d’Angel , une solution serait intéressante, avec une Raspberry zéro W
qui envoi une notification par mail ou autre, grâce a la carte Wifi intégrée sur ce modèle de Pi.

A condition d’avoir une box équipée du Wifi et que le signal soit bon entre Pi et Box.
Auquel cas, il faudra installer un répéteur qui se branche sur une prise 240 Volts “classique”. Ce genre de modèle pourrait intéresser Alban.

Merci pour le lien du forum Jelopo.

@++


#6

Salut @angel.business74

J’ai causé du sujet en courant ce matin.
(Une hyper-logorrhée de malade est forcément réfractaire à tout, même à l’effort :slight_smile: )

L’autre personne avait une vision différente de @stef-k et @jelopo.
La conclusion était (je simplifie) : “plutôt pas un Rpi car couche logiciel ; mieux avec Arduino ; mais pourquoi une carte et pas juste du matériel ?”
En gros, un potard (potensiomètre) qui sera réglé à la main après essais pour que le contacteur laisse passer le jus une fois que la T° sera arrivée à la valeur seuil déterminée.
Et là, c’est autonomie totale et complète durant des années.

Sinon, pour

Heu … un répétiteur, ça sert à quoi quand on n’a pas activé le wifi et que tout passe par de jolis câbles RJ45 en Cat6 ou plus ??? :wink:

++


#7

Juste pour faire des essais avec la puce Wifi dans le congélateur.

Il n’est pas possible de mettre du filaire dans un congel, sinon les fils vont causer un soucis pour l’isolation thermique .

On verra bien, c’est une expérience, comme on sait les faire ici :wink:


#8

Coucou @stef-k
Oui, mais là on est au chaud sous charpente :wink:


#9

Bonjour,

@angel.business74, c’est quoi les stockeurs ?

@Nabla, oui c’est vrai les solutions les plus simples sont souvent les meilleures, mais dans le cas de ton idée, en plus du potentiomètre et quelques résistances, il faut toujours la sonde de température (analogique) , mais aussi un comparateur à hystérésis (pour éviter que le ventilateur s’allume et s’éteint lorsque le seuil est proche) et la carte de commande basse tension vers 230V. Du coup un peu de calculs électronique au lieu d’un peu de développement logiciel dans le cas de Arduino ou PI.

Perso, je trouve que la soluce logicielle est plutôt plus modulable que celle purement hardware. Tout dépend des compétences de bases de chacun.

A+


#10

@ stef-k : J’ai jamais vu une telle ânerie…

D’abord Python n’est pas du tout adapté pour du scientifique et c’est loin d’être le seul moyen pour programmer. Pour rappel, c’est avant tout un Linux qui tourne sur Pi, c’est un ordinateur, tu programmes en assembleur si ça te chante

S’il s’agit simplement d’allumer un appareil lorsque la température est trop importante, y a même pas besoin d’un Arduichose, et certainement pas un Raspberry qui est encore moins adapté. Un simple comparateur, une CTN et un relai feront l’affaire


#11

Bonjour @tynnor,

Respectons l’avis de chacun, en fonction de ses compétences et de son approche d’une question/problème. Les avis trop tranchés d’un coté ou d’un autre ne sont généralement pas constructifs, et portent souvent à un embrasement qui s’éloigne du sujet. Débattons de nos idées mais surtout auto-modérons nos propos pour le bien de ce forum.

Pour ma part, dans ce sujet, je trouve qu’il manque des précisions sur l’utilisation car si l’on extrait la question initiale brute :

La réponse est simplement : “oui”. Il n’est même pas demandé “comment” !

Effectivement, techniquement, il y a plein d’autres solutions plus ou moins lourdes à mettre en oeuvre, et je suis le premier à m’y être engouffré :disappointed_relieved:

Attendons une réponse de @angel.business74 pour savoir ce qu’il a derrière la tête si c’est un simple actionneur ou un système de mesure et/ou de notification et/ou d’alerte et/ou de métrologie …

A+


#12

Bonjour @tynnor,

Un exemple de lien, pour vous montrez que mon propos, n’est pas forcement une ânerie…

A+


#13

Tu peux faire du calcul scientifique dans quasiment n’importe quel langage. Mais quand il s’agit de performance, Python reste loin derrière. Ce n’est pas pour rien que les jeux vidéos, ultra gourmand en calculs ne se feront, à mon avis, jamais en Python. Dans des applications embarquées, c’est encore plus vrai car les ressources disponibles sont limitées.

“est ce possible d’installer un Pi avec une sonde température et que quand une température donnée est atteinte de déclancher des ventilateurs ou même un
watercooling pour les stockeurs ?”
Effectivement il faut des précisions du demandeur. Mais si ce dernier pose une question, il n’est pas forcément au courant des solutions possibles,. Sa question suppose une solution qui n’est pas forcément la bonne


#14

Oui mais les puces GPU (dédiées principalement pour soulager le CPU) sont
développées par les constructeurs comme Nvidia ou AMD.

La Framboise, est équipée d’un processeur graphique.
Elles répondent aux calculs complexes avec une syntaxe plus claire, plus performante, lorsque tu attaques un programme complexe.

Pour faire une simple, rédige en assembleur, une communication entre un port GPIO et un module SenseHat.
Ensuite, essayes {toujours en assembleur) de programmer un module PID pour le petit module camera + un servo moteur et camera IR, histoire de suivre le mouvement et reconnaître une espèce d’animal en foret.

Tu vas écrire 100/500/1000 lignes de code en assembleur, alors que TOUTES les Framboises et Arduinos sont capables de gérer des programmes en C++ ou Python, avec une gestion de l’espace mémoires RAM read/write optimisée.

De plus, les nano-cartes, sont suffisamment puissantes pour utiliser des environnement de dev en fonction du type de langage. Ils utilisent les langages comme Java, C++, C, Python…

Sans vouloir etre meprisant, je pense que tu as des annees de retard> Bien des annees de retard…

En 1996, en dernière année de BTS C.I.R.A, notre enseignant, nous expliquait que coder en assembleur
fesait partie du passé, code long et fastidieux, au vue du nombre de lignes et de la perte de temps pour déboguer.
Du coup, nous avions a notre disposition, une carte équipée d’un processeur 68HC11, programmable en C ou C++.

Si tu preferes mettre 1 an ( et encore je suis gentil) pour programmer un programme complexe comme on trouve tout les jours, en assembleur, fait toi plaisirs…

Je serais curieux de savoir, d’une part, combien de temps tu mets pour écrire le code, mais surtout pour le déboguer…:no_mouth:

Le tout est de donner un exemple concret. Nous aimons bien sur le fofo, les retours d’expériences…

ps : Évites de traiter les gens comme des ânes, surtout lorsque tes arguments techniques ne vont pas plus loin que le bout de ton nez


#15

Apres reflexion,

Nos échanges sur le fofo n’ont rien de constructifs,

Ici, on peut critiquer, mais c’est dans le but d’avancer sur nos divers projets.

Si tu as des soucis sur une install, la communauté sera toujours la pour t’aider.

Pour ma part, tu me contacte par MP, histoire de ne pas “polluer” ce forum construit par des passionnés et
bénévoles.
En plus tu bouffes de l’espace mémoire sur le serveur pour rien. (encore un manque de culture sur l’allocation memoire dédiée aux serveurs du forum)


#16

Ton acharnement pour l’assembleur montre que tu comprends pas qu’un langage se choisis en fonction du besoin (et de ses connaissances). Personne ne fait de l’assembleur pour le plaisir, il y a déjà de quoi bien optimiser en C.
En revanche, on ne fait absolument aucune optimisation en terme de mémoire RAM en codant en Python. Certes les cartes arduino ou Pi peuvent faire tourner du Python, ça va bien pour des programmes peu gourmands en calculs. Pour du calcul intensif, Pi ou pas Pi, tu ne feras de Python. C’est juste là que je voulais en venir. Fait de l’acquisition de donnée d’un LIDAR en Python, et compare en C++, sur un PI.
Le C est là depuis au moins une vingtaine d’année dans les micro, aucun étonnement qu’il soit dans un Pi, surtout qu’Unix est codé en C.

C’est pourquoi on ne trouvera jamais de Python dans des applications embarquée industrielle (on parle de la vraie vie là). Les constructeurs de µc ont déjà du mal à faire le pas avec du C++ alors du Python aucune chance… Toute façon personne n’en voudrait. C’est tellement haut niveau qu’on a aucune idée de ce qui se passe au niveau processeur, et dans ce genre d’application c’est fondamentale et indispensable (pourtant on ne fait pas d’assembleur !). On a aucune idée de ce qui se passe dans la mémoire, et pourtant, ça aussi c’est indispensable. On doit pouvoir être capable de comprendre ce qui se passe dans le moindre bit de mémoire pour debugger, car un bit mis à l’adresse 0x145289 au lieu 0x145288 fera peut-être tout planter. Alors l’optimisation mémoire, contrairement à ce que tu sous-entends, je suis plutôt très au courant de ce qui se passe.

Alors non, je n’ai pas des années retards mais des années de compréhensions et de pratiques


#17

Il y a une différence d’approche dans vos deux points de vue.

Dans un monde industriel on va éventuellement chercher à optimiser chaque accès mémoire et privilégier un langage proche du hardware mais dans un monde plus récent, avec des micro ordinateur comme le pi, sur un forum grand publique, conseiller de faire du c où de l’assembleur est une douce folie. Déjà car c’est extraordinairement complexe pour la tâche à accomplir et ensuite car le peu de ressource gagnée ne servira à rien.

Oui le python n’est pas le seul langage pour faire du “scientifique” mais purée ce que c’est simple d’accès et pratique.

Donc a mon sens, et cela n’engage que moi, vous avez les deux raisons, après au niveau de la forme traité les gens de tout les noms c’est franchement déplacé.


#18

+1 @Gpapig

D’accord pour tout.

A+